Patterns in the Ivy

Bière au kiwi

2015-06-27_kiwi_beer.png
Made in Inkscape

Mes amis Jaclyn et Pierre de Biérocratie ne se contentent pas de vous proposer les meilleures bières dans la plus chouette des boutiques. Ils en fabriquent aussi à leurs heures perdues.

Une de leur dernière expérience est une bière IPA au kiwi, la "Kiw'IPA Motherfucker" (oui, la référence est tordue :P). Elle a beau avoir été brassée à titre personnel et non vendue, elle n'en méritait pas moins une belle étiquette à coller sur ses quelques dizaines de bouteilles… en attendant une vraie cuvée un jour ?

2015-06-27_kiwi_beer_photo.jpg
Le résultat sur une bouteille. Un support que je n'avais pas encore fait !

(Et si vous vous demandez, on sent pas beaucoup le kiwi, mais elle est super bonne !)

Pixel art

Récemment, en l'espace de quelques jours, j'ai joué au fabuleux Crypt of the Necrodancer, j'ai vu sur Twitter les échos d'une activité pixel art au dernier SudWeb, et j'ai assisté à la réalisation d'une superbe broderie en point de croix à partir de personnages de Final Fantasy VI. Tout ça n'a l'air de rien, mais c'est sûrement ce concours de circonstances qui m'a poussé à essayer moi aussi le pixel art.

2015-06-17_pixelart_ivy_1.png
Versions taille réelle et grossie à 400%. Parce que bon, ça sert à quoi le pixel art si on ne distingue pas les pixels ?

J'ai juste commencé par dessiner mon sujet favori, sans technique particulière, au feeling. J'étais plutôt content du résultat, et j'avais trouvé ça plutôt facile et fun… jusqu'à ce que j'essaye de l'animer, façon animation d'attente de jeu vidéo.

Je voyais très bien là où je voulais en venir, mais pas moyen d'y arriver. Je ne sais pas s'il y a une "bonne" façon de faire du pixel art pour l'animation, mais ce n'était pas celle que j'avais employée. Là j'aurais pu aller regarder tout un tas de tutoriels, mais j'avais surtout envie de m'amuser. Alors à la place j'ai fait d'autres petits dessins statiques :

2015-06-17_pixelart_ivy_2.png
En essayant de réduire le nombre de pixels sur le même sujet, je suis arrivée à une Ivy très stylisée, limite SD. Je suis le premier surpris du résultat.
2015-06-17_pixelart_shark.png
Un grand requin blanc, et quelques poisson pilotes.
2015-06-17_pixelart_cyclamen.png
Un cyclamen. J'aime les cyclamens.
2015-06-17_pixelart_peacock.png
Et un paon dont je suis très fier.

Maintenant, il se peut que j'en fasse d'autres, que j'essaye d'améliorer la technique, voire que je m'attaque vraiment à l'animation. Ou bien que je me lasse très vite pour revenir à des choses qui ne demandent pas de coller son nez à un écran. On verra bien :)

Et pour l'anecdote, j'aurais bien expliqué que ces images étaient vraiment mes tout premiers essais de pixel art ever. Mais à l'époque du collège, je dessinais déjà points par points des papier peints pour Windows 3.1 sous Paintbrush. À l'époque en pleine phase Star Wars, je mettais en scène des combats spatiaux s'étalant en 28 glorieuses couleurs sur 640x480 pixels. J'ai un souvenir douloureux de mes tentatives d'anticrénelage manuel sur le X-Wing, vaisseau aux lignes déjà bien difficiles à dessiner sur papier. J'adorerais remettre la main sur ces "œuvres". Mais je pense qu'elles ont fini il y a plus de 10 ans dans les secteurs défaillants d'une disquette 3,5'' oubliée dans un placard.

Explorateurs

Explorateurs

Un dessin A3 réalisé pour l'anniversaire de ma sœur. Sans consigne particulière, je me suis dit que c'était l'occasion de dessiner autre chose que d'habitude. Je suis parti sur de la S-F un peu cliché, et ça a pris tout seul ce côté BD rétro à la Valérian et Laureline. Plein de choses à redire sur ce dessin (problèmes de proportions et noirs trop ou pas assez, surtout), mais ça ne l'a pas empêché de plaire :)

Carte de vœux 2015

2015-01-16_hellebores.jpg
Hellébores roses (et du lierre, of course). Linogravure à 5 plaques. 10 × 20 cm.

L'année dernière, j'avais envoyé des cartes de vœux linogravées à mes proches. Bien que faites un peu à la va-vite, elles avaient beaucoup plu, alors j'ai remis ça cette année, en visant quelque chose d'un peu plus travaillé. Ce "un peu plus" s'est finalement traduit par cinq plaques gravées pour six couleurs… Cinq plaques, ça signifie cinq dessins différents qui dans l'idéal doivent se superposer parfaitement à toutes les étapes : report du motif, gravure, impression. Et une multiplication d'autant des risques d'erreur.

En tout cas, c'était une occasion de tester plein de choses. Et de vérifier à nouveau l'importance de la planification en amont (merci les calques Gimp) et de chaque détail, notamment pour l'impression (nettoyage des outils, choix du papier, pression à appliquer, etc). Ça n'a pas empêché les erreurs, et un résultat comme d'habitude plus grossier que ce que j'imaginais. Mais c'est bien chouette quand même, non ? :)

2015-01-16_hellebores_drying.jpg
Ribambelle de séchage de la dernière couche.
2015-01-16_hellebores_black_only.jpg
La dernière plaque rend très bien aussi toute seule.

Globe terrestre tableau pour craie

2014-12-12_globe_03.jpg
Soleil noir de la Mélancolie.

Tout est parti d'un énième nœud au cerveau à propos de projections cartographiques tordues (je fais beaucoup de géographie dans mon travail). Devant la difficulté de discuter de certains cas spatiaux complexes sur un tableau blanc bêtement en 2D, je me suis dit que ça serait cool de fabriquer un globe terrestre vierge sur lequel on pourrait gribouiller. Et en plus, ça ferait un très bel objet.

Très fier de mon idée, je me suis empressé de la lancer à la face du monde forcément ébahi :

Ensuite, j'ai fait une petite recherche qui m'a montré que bien entendu j'étais loin d'être le seul à avoir eu l'idée d'un tel globe. C'était même un objet qu'on pouvait trouver jadis sur le bureau des professeurs de géographie. Bref, possible que cette idée que je croyais neuve ait été juste une réminiscence de quelque chose déjà vu et vaguement oublié. Mais bon, parfois la nouveauté est une qualité bien futile (auto-persuasion ON). J'ai donc mis mes prétentions d'originalité au placard et je me suis lancé dans ce projet, avec comme but d'offrir l'objet à mon collègue cartographe en chef.

J'ai passé quelques mois à guetter les globes dans les brocantes, mais ceux-ci étaient soit lumineux et tout en plastique, soit trop beaux pour mériter un tel traitement. Je me suis donc rabattu sur un petit globe charmant mais cheap trouvé dans un magasin de déco, et j'ai fait pimp my globe, les caissons de basse en moins.

2014-12-12_globe_02.jpg
La cartographie du globe originel disparaissant à jamais sous la première couche de peinture. Aaaaargh…

Trois couches de peinture magnétique, trois couches de peinture à tableau, et deux coups de bombe cuivrée plus tard, c'était fini. Et avant de l'offrir, je me suis un peu amusé avec :

2014-12-12_globe_01.jpg
La Terre dessinée à main levée, de mémoire. Je m'en suis pas trop mal sorti, même si le Paris-New York a pris 3h de plus avec la taille de mon Océan Atlantique.
2014-12-12_globe_04.jpg
Le détail cool : on peut coller des trucs aimantés dessus ! Moins cool : la peinture magnétique (du moins celle-ci), c'est vraiment pas terrible. Il faut des aimants puissants par rapport à leur taille pour que ça tienne.

Ça trône désormais sur le bureau de mon collègue, qui a l'air maintenant d'un respectable géographe steampunk. Et moi j'aime tellement le résultat que je vais en faire d'autres.

En cours

2014-10-04_celtic_wip.jpg

Je préfère poster des choses terminées, mais là on en est vraiment très loin, alors une étape intermédiaire ne fera pas de mal.

C'est une petite partie d'un projet bien plus grand. Dessiner quelque chose d'ambitieux dans ce style doit être un des plus vieux points sur ma to draw list (misère, ça doit même remonter au siècle dernier…). Mais apparemment il me fallait des vacances en Irlande pour que je me lance.

Tampon poulpe

2014-08-07_octopus_stamp.jpg

Changement de dimension. Après la grande peinture, un petit tampon poulpe, pour quelqu'un qui adore ces bestioles (comme moi, et vous devriez aussi).

Gravé en 1h environ. Je crois qu'il m'a fallu plus de temps pour arriver à un dessin initial satisfaisant, mais je suis très content de l'aspect compact du résultat.

2014-08-07_octopus_lines.jpg

Dryade au bois dormant

Sleeping Ivy
Gouache et Posca sur panneaux de polystyrène. 150 x 65 cm.

Ces trois plaques de polystyrène recouvertes d'une couche noire (et blanche au verso) traînaient chez moi depuis bientôt deux ans. Je les avais récupérées à mon boulot, juste avant qu'elles soient jetées pendant un grand rangement des bureaux. Je n'avais pas d'idée précise de quoi en faire, j'ai réfléchi à un triptyque mais rien ne venait, alors j'ai juste peint le sujet qui ne me demande pas vraiment d'effort. Mais je crois que c'est ce que j'ai fait de plus grand à ce jour (sans compter les calmars et cachalots sur le sable :)).

J'adore l'idée d'utiliser du matos de récupération dans une création, mais ça a souvent quelques inconvénients. Ici, la surface était un peu imprévisible. Même après nettoyage consciencieux, certaines parties – qui avaient probablement été recouvertes de colle – restaient obstinément hydrophobes et refusaient de garder la gouache. C'est pour ça que j'ai eu partiellement recours au Posca. Et finalement, je me dis que j'aurais dû tout faire avec, ainsi j'aurais pu garder un trait bien blanc et précis partout. Enfin, c'est pas grave. Et j'ai surtout profité du fait que cette surface se comportait comme un tableau noir effaçable à l'eau. J'ai retouché plusieurs fois certaines parties, et je n'exclus pas de le faire encore (notamment ce profil de 3/4 arrière qui décidément ne me convient pas…)

Ma chambre manquait un peu de déco.

Peigne lierre et papillon

2014-07-10_art_nouveau_comb.jpg
17 x 10 x 0.8 cm environ. C'est plus beau en vrai, surtout dans des cheveux.

Avec une amie chère qui partage un bon nombre de goûts avec moi, on se pâme souvent devant les merveilles de l'Art nouveau. Notamment ce genre de peignes, si caractéristiques de cette époque où les femmes avaient bien besoin de faire tenir leurs opulentes chevelures style nouille (car oui, bien sûr, elles ressemblaient toutes à des lithos de Mucha). Un objet de ce genre ferait un fort beau cadeau pour son anniversaire. Mais comme je n'avais pas envie de finir en prison pour avoir tenté de dévaliser le musée d'Orsay, je me suis dit que j'allais en sculpter un moi-même. Et en bois, pas en corne, parce que je n'avais pas de buffle à estropier sous la main.

Petit détail : je n'avais jamais fait de sculpture. Mais ça ne devait pas être bien compliqué, et ce projet faisait une première motivante. En plus, j'étais déjà à moitié équipé, ayant dernièrement trouvé ciseaux, gouges et maillet sur des vide-greniers pour me mettre à la gravure sur bois. En prévision des détails, j'ai aussi acheté un Dremel (un outil rotatif multifonctions assez précis), qui m'a énormément servi, et servira sûrement à plein d'autres choses à l'avenir.

Je n'ai pas fait de step-by-step systématique, mais voici tout de même quelques photos en cours de réalisation :

2014-07-10_art_nouveau_comb_wip_1.jpg
Ne me demandez pas de quel bois il s'agit, je n'en ai aucune idée. C'était à l'origine une assise de chaise récupérée dans la rue, dont le bois semblait avoir les caractéristiques qu'il me fallait : monobloc, solide et sans nœuds. Et dense surtout, pour ne pas que les parties fines soient fragiles.
2014-07-10_art_nouveau_comb_wip_2.jpg
Ça ne se voit pas trop ici, mais la planche était bien épaisse, plus de 1,5 cm. J'ai passé beaucoup de temps au ciseau sur la face arrière pour perdre en épaisseur.
2014-07-10_art_nouveau_comb_wip_3.jpg
C'est bientôt fini ! Là je fais tout au Dremel depuis un moment.

Le moment où le peigne s'est séparé du gros de la planche était stressant, car j'avais peur de forcer sur les dents, mais tout s'est bien passé. Et c'était assez émouvant, car à ce stade, même s'il restait des choses à faire, tout le travail se concrétisait déjà en un objet à part entière que je pouvais tenir en main. Première impression surprenante : c'est extrêmement léger, bien plus que ce que j'avais imaginé. Certes, ça ne représentait plus un gros volume de bois, mais ça contrastait étrangement avec la résistance ressentie pendant la sculpture. En tout cas, ce bois a tenu ses promesses, il est resté dur et solide même réduit à une très faible épaisseur, comme sur les dents.

Pour ne pas tenter le diable et parce que je tiens à mes doigts, à partir de là j'ai laissé tomber le Dremel. J'ai fait les dernières retouches et affinages au scalpel, et j'ai poncé avec différents papiers de verre, pour préparer la touche finale, deux couches de vernis. Je n'ai pas de photo de cette étape avant vernis, donc voici directement le résultat final, sous différents angles :

2014-07-10_art_nouveau_comb_2.jpg
Allez, on va dire que le prochain sera sculpté des deux côtés ! :P
2014-07-10_art_nouveau_comb_3.jpg
Je suis content d'avoir réussi à affiner les dents autant que je voulais.
2014-07-10_art_nouveau_comb_4.jpg
(J'avoue, là je l'ai fait voler comme un vaisseau spatial en faisant "Fssshhoouuuu !")

Pour parachever le tout, je l'ai offert sur du velours, dans une jolie boîte noire.

2014-07-10_art_nouveau_comb_box_1.jpg
Boîte faite sur-mesure, à partir du carton du Dremel. Jusqu'au bout, tout se recycle :)
2014-07-10_art_nouveau_comb_box_2.jpg
La vraie touche finale !

page 1 de 20